Rechercher

Histoire et secrets de la Véritable Huile de Monoï

Le monoï (« huile parfumée » ou « huile sacrée ») est un produit de beauté obtenu par macérations de fleurs de Tiaré tahiti dans de l'huile raffinée de coprah. Le monoï est un produit traditionnel des îles de la Polynésie française. Il est utilisé en Europe surtout comme huile bronzante et évite la déshydratation de la peau au soleil, mais il ne protège pas contre les ultraviolets (UVA et UVB). Il sert au contraire en Polynésie comme huile de massage pour nourrir la peau et huiler les cheveux.

En Polynésie française, on trouve principalement le monoï traditionnel dit « monoï des Mamas » fabriqué artisanalement à partir d'amandes de coco fraîches râpées, et le monoï de Tahiti, une appellation d'origine. À l'exportation et afin de répondre aux exigences réglementaires et à l'industrie cosmétique, on retrouve presque exclusivement le monoï de Tahiti. Ce dernier a été précisément défini le1er avril 1992 par le décret no 92-340 qui l'a reconnu dans le cadre du « monoï de Tahiti appellation d'origine » ; ce décret précise notamment : « Le monoï de Tahiti est le produit obtenu par la macération de fleurs de tiaré dans l’huile de coprah raffinée, extraite de noix de coco récoltées dans l’aire géographique de Polynésie française au stade de noix mûres, sur des sols d’origine corallienne. Ces noix doivent provenir du cocotier « Cocos nucifera » et les fleurs de tiaré de l’espèce végétale « Gardenia tahitensis » (Flore de Candolle) d’origine polynésienne récoltées au stade de bouton. ».

Tout produit qui contient du monoï de Tahiti doit obligatoirement mentionner dans la liste des ingrédients « cocos nucifera » et « gardenia tahitensis ». Tout produit qui respecte l'appellation d'origine monoï de Tahiti peut utiliser — ce n'est pas une obligation pour les marques — le timbre de l'appellation d'origine qui donne une garantie supplémentaire et facilite la lecture du consommateur.


Les fleurs de tiaré de Tahiti, cueillies au stade de bouton, sont utilisées au plus tard le lendemain du jour de leur récolte. Elles sont mises en macération dans l'huile de coprah raffinée pendant un minimum de dix jours à raison d'au minimum dix fleurs par litre d'huile. Ce processus de fabrication, commun à tous les producteurs de monoï de Tahiti, est une méthode similaire à l'enfleurage en parfumerie. Au bout de cette période, le macérat est décanté, filtré, puis additionné d'un antioxydant naturel.


C’est donc depuis plus de 2 000 ans que le monoï est utilisé à Tahiti.

Il était d’ailleurs réservé aux nobles de l’île, aussi appelés les Arii. La technique de fabrication ancestrale est toujours celle pratiquée aujourd’hui.

Les Tahitiens utilisaient le monoï pour prodiguer des massages (taurumi en natif). C’était une huile utilisée sur les nouveau-nés afin de stimuler leur développement psychomoteur et préparer leur peau aux menaces extérieures (sel, soleil, etc.). La légende raconte que le Dieu tahitien de la beauté : Tané, était né sous la forme d’une méduse. Grâce à des massages notamment avec des éléments naturels (dont le monoï), Ta’aroa (le créateur) a pu lui façonner un corps et une peau parfaite.

Le monoï possède donc une connotation sacrée, rappelant le lien entre la Terre et l’Homme. Par les gestes du massage, une symbiose et communiquée entre la mère et l’enfant et perdure toute la vie.


Le monoï peut être utilisé par toute la famille. Depuis l’Antiquité, il sert de base de massage pour le corps des bébés et protéger leur peau fragile. Il est donc très doux.

Si les hommes s’enduisent parfois de monoï, les femmes restent les principales utilisatrices. En effet, en plus de sentir très bon, l’huile possède des vertus hydratantes très intenses. Elle est aussi bien idéale pour la peau que pour les cheveux.

Pour hydrater efficacement son épiderme, il est conseillé de l’appliquer quotidiennement et toute l’année, sur une peau humide. Le monoï est idéal pour uniformiser le bronzage et la nourrir après exposition au soleil. Émollient naturel, il va également apaiser les rougeurs dues au soleil et éviter que la peau pèle.

Qui n’a jamais rêvé d’avoir des cheveux aussi forts et brillants que ceux des Tahitiennes ?! Leur secret n’est autre que le monoï. En effet, appliqué sur cheveux humides, il va nourrir en profondeur les fibres les plus asséchées ou abîmées. Grâce à l’action de l’huile de coprah et au parfum des fleurs de Tiaré, le coiffage sera facilité, les cheveux seront plus doux et plus brillants. Il est conseillé d’appliquer le monoï en masque durant toute une nuit avant de procéder à un shampoing. Attention, exposer ses cheveux au soleil lorsqu’ils sont enduits de monoï risque de les brûler.




29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout